Nos collections jeunesse


Voir l'ensemble de nos collections Jeunesse »

Notre collection Adulte


Voir tous les titres de la collection »

Les auteurs

Voir la liste complête de nos auteurs »

UNE PIONNIÈRE DE L’ÉDITION D’ICI, BÂTISSEUSE DE NOTRE PATRIMOINE


Fondées en 1947 par Pierre Tisseyre sous le nom du Cercle du Livre de France, les Éditions Pierre Tisseyre sont l’une des plus anciennes maisons d’édition québécoises et canadiennes. Aujourd’hui dirigées par Charles Tisseyre, à titre de président, et par sa sœur Michelle Tisseyre au poste de directrice générale, les Éditions Pierre Tisseyre ont un fonds de près de 1000 titres actifs et desservent le vaste réseau de librairies du Québec, incluant 140 librairies indépendantes, en plus des chaînes Renault-Bray, Archambault, Chapters-Indigo, Costco, Walmart, le site en ligne Amazon.ca, ainsi que les librairies francophones du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario, du Manitoba et des autres provinces canadiennes.

Pierre Tisseyre, qui immigra au Canada de France en 1946, était lui-même un écrivain accompli. Son livre 55 heures de guerre, écrit en captivité et qui raconte le combat de trois jours qu’il mena, à la tête de ses hommes, en juin 1940, pour défendre le village normand de Formerie contre l’invasion allemande, en pleine déroute de l’armée française, fut publié par Flammarion à Paris sous l’Occupation à partir du manuscrit que l’auteur envoya à sa mère, chapitre par chapitre, depuis son camp de prisonnier en Allemagne. Gagnant du prestigieux Prix Cazes à Paris en 1943, 55 Heures de guerre fut par la suite inclus au programme d’études des collèges militaires français ainsi que de celui de Westpoint, aux États-Unis, où Pierre Tisseyre fut invité pendant de nombreuses années à donner des conférences sur la bataille de Formerie.

Avocat de formation, spécialisé dans le droit d’auteur, Pierre Tisseyre avait la passion des livres et consacra sa vie au rayonnement des auteurs québécois et de la culture francophone au Canada. Le Cercle du Livre de France, qui à ses débuts s’inspirait du modèle des book club américains, en publiant des auteurs français que les membres du Cercle pouvaient ensuite commander et recevoir par la poste, commença très vite à recevoir des manuscrits de jeunes écrivains québécois qui ne trouvaient pas d’éditeur pour publier leurs œuvres au Québec. C’est ainsi que Pierre Tisseyre, à l’aube de la Révolution tranquille, découvrit et fit connaître au public de grands romanciers québécois comme André Langevin, Hubert Aquin, Claire Martin, Gérard Bessette, Claude Jasmin, Alice Parizeau, Françoise Loranger, Louise Maheux-Forcier, ou Bertrand Vac entre autres.

Ayant constaté très tôt que le marché québécois ne pouvait à lui seul soutenir une industrie du livre, Pierre Tisseyre, en sa capacité de président du Conseil supérieur du livre (devenu l’Association nationale des éditeurs de livres), prit l’initiative d’entreprendre le Conseil des Arts du Canada sur la nécessité de consacrer des fonds publics à soutenir l’édition québécoise. Le mandat du Conseil des Arts ne permettant pas à ce dernier d’appuyer une industrie culturelle dans une partie du Canada et non dans les autres, Pierre Tisseyre se rendit à Toronto pour rencontrer son homologue anglophone, John Gray, le président de la Association of Canadian Publishers, qui dirigeait alors la maison McClelland and Stewart, pour le convaincre de se joindre à sa démarche. Malgré que le marché du livre anglophone fût beaucoup plus étendu et lucratif que celui du Québec, John Gray comprit l’importance de l’enjeu pour la survie de l’industrie du livre francophone au Canada. C’est donc ensemble et conjointement que les deux hommes renouvelèrent la démarche initiée par Pierre Tisseyre, démarche qui porta fruit peu de temps après avec la création d’un nouveau programme de subventions à l’industrie canadienne de l’édition. Pour cette raison, et à cause du rôle essentiel qu’il a joué dans la construction de cette industrie, Pierre Tisseyre est considéré comme « le père de la littérature québécoise », ainsi que le qualifia Le Devoir, à sa mort en 1995, dans un article intitulé simplement « Un homme immense », reproduit en préface de la nouvelle édition de Lorsque notre littérature était jeune… Entretiens avec Pierre Tisseyre, de Jean-Pierre Guay, à paraître en septembre 2017.

Pierre Tisseyre était un homme en avance sur son temps. Non content de faire rayonner les œuvres des auteurs québécois, il fut le premier éditeur francophone, autant au Canada qu’à l’étranger, à publier en français des œuvres de grands romanciers canadiens-anglais tels que Robertson Davis, Mordecai Richler, Margaret Laurence, Margaret Atwood, Emily Carr, Morley Callahan et Rudy Wiebe, entre autres. Ces ouvrages parurent d’ailleurs dans le cadre d’une nouvelle collection, La collection des deux solitudes, ainsi nommée en référence au célèbre roman Two Solitudes, de Hugh McLellan. Cependant, comme beaucoup de précurseurs, ces traductions de grande qualité, dont quelques-unes lauréates du prix du gouverneur général du Canada, n’obtinrent pas l’attention qu’elles méritaient de la part des médias et donc du public.

Au cours des années 1980, sous la direction de François Tisseyre, l’un des fils de Pierre, la maison se diversifia, en commençant à publier des romans pour la jeunesse, qui connurent un grand succès. Deux ans après la mort tragique de François en 1993, Pierre Tisseyre décéda à son tour, laissant la direction de l’entreprise à son fils Charles Tisseyre.

Au fil des ans, les Éditions Pierre Tisseyre sont également demeurées fidèles à leur vocation initiale de découvrir et de faire connaître de nouveaux auteurs de romans destinés aux adultes, comme Daniel Lessard (Maggie, La revenante, Le destin de Maggie, Le puits, La Marie-Louise, Péril sur le fleuve, La louve aux abois), Solange Casiez (Héloïse); France Gagnon (Une sœur inconnue, à paraître en novembre 2017), ainsi que d’essais comme Le réveil de l’aigle : les peuples autochtones, des sociétés en mutation, de l’ex-député de Manicouagan et ancien sous-ministre aux affaires autochtones du Québec André Maltais, ou La France impériale et la Nouvelle-France : un regard neuf sur 1759, de l’ex-directeur pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, puis pour les Amériques et l’Asie, du ministère des relations internationales du Québec; ou encore d’ouvrages de vulgarisation scientifique, comme Dormir, le sommeil raconté par le docteur Pierre Mayer, pneumologue et directeur de la clinique du sommeil au CHUM; et en recommençant à publier des romans canadiens traduits de l’anglais par des traducteurs de premier ordre, tels que Soulèvement (Uprising), thriller politique de Douglas L. Bland, ou Montréal, ville unique (City Unique), de William Weintraub (à paraître en novembre 2017).



Les Éditions Pierre Tisseyre


155, rue Maurice, Rosemère (Québec) J7A 2S8

Tél. : 514 335-0777 | Fax : 450 437-3302 | info@edtisseyre.ca




La boîte de diffusion (LBDD)


288, boulevard Sainte-Rose, Laval (Québec) H7L 1M3

Tél. : 450 433-4045



Les commandes doivent être envoyées directement chez notre distributeur :


Prologue.


1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7

Tél. : 450 434-0306 | Sans frais : 1 800 363-2864 | prologue@prologue.ca


Voir notre catalogue 2016

Télécharger (PDF)

Nouvelles et communiqués

À propos / Contact

Prix et distinctions

Envoyer un manuscrit

Les Éditions Pierre Tisseyre

155, rue Maurice, Rosemère (Québec)  J7A 2S8

514 335‑0777 | F 450 437‑3302

info@edtisseyre.ca